Antiparasitaires internes et externes

Le vermifuge (contre les parasites internes)

Les chats et notamment les chatons, sont très fréquemment infestés par des parasites internes ("vers" dits "helminthes" et protozoaires) qui vont entraîner des troubles digestifs d'intensité variable, mais aussi des troubles généraux (de type maigreur, rachitisme, pelage terne). Certains de ces agents pathogènes peuvent infester l'homme.

Protocole de vermifugation:

- 1 fois tous les 15 jours jusqu'à 2 mois puis,

- 1 fois tous les mois jusqu'à 6 mois puis,

- 2 fois par an minimum (sans excéder 6 fois par an) selon le contexte de sorties.

 

Les infections à protozoaires (unicellulaires):

- Les Gardia sont flagellés et microscopiques. Ils se situent dans la muqueuse de l'intestin grêle et induisent une entérite (inflammation de l'intestin) avec maldigestion et malabsorption, d'où un amaigrissement et une diarrhée chronique. Les chats s'infectent en ingérant des kystes présents dans l'environnement (eau, aliments). Ces kystes sont éliminés dans les selles des animaux infectés.

- Les Coccidies sont nombreuses. On distingue, les Isospora, agents d'entérites aiguës observées chez les jeunes chatons de 1 à 6 mois, le Toxoplasme, et bien d'autres... La plupart des coccidies sont bien supportées par les chats et les infections restent asymptomatiques. Les infections coccidiennes sont suivis d'une immunité et les chats adultes deviennent des excréteurs asymptomatiques.

Les infections par les helminthes:

Les Ascarides (Toxocara cati) sont les principaux vers rencontrés chez les chatons tandis que les Ankylostomes et le Ténia Dipylidium touchent les chats de tout âge.

- Les Ascaris se localisent dans l'intestin grêle. Ils forment des pelotes à l'origine d'irritation et d'obstruction. Les oeufs sont éliminés en grande quantité. Ils résistent au froid, à l'humidité et aux désinfectants usuels. Ils survivent plus de 3 ans sur un sol. Après ingestion, les larves migrent dans l'organisme. La toxocarose se traduit par des ballonements, de la diarrhée, associés à une mauvaise croissance, des poils secs et ternes. Des vomissements de vers peuvent s'observer ainsi que des mortalités brutales par péritonite (inflammation des tissus entourant les viscères).

- Le Dipylidium Caninum est un vers plat segmenté. Les larves sont présentes dans les puces, c'est l'ingestion de celles-ci qui provoque l'apparition des ténias adultes dans l'intestin. Les anneaux (mesurent de 5 à 6 mm, sont mobiles et blanchâtres puis se déssèchent prenant la forme de grains de riz) sont éliminés par les matières fécales. Il peut freiner la croissance, être responsable d'une méforme et d'un pelage terne, ainsi que d'un prurit anal.

 

Les anti-parasitaires (contre les parasites externes)

Nous n'utilisons des anti-parasitaires externes, qu'en cas de force majeure. En effet la plupart sont très toxiques au long terme et peuvent engendrer des effets indésirables plusieurs jours après l'applicaton locale (ex: sang dans les selles, chute des poils massive, ...). Nous préférons, par mesure de sécurité et pour garder nos animaux en pleine santé, passer un peigne anti-puces quotidiennement dans leur pelage.

- Les puces, souvent bien tolérées, peuvent parfois engendrer des signes de dermatite par allergie aux piqûres de puces. Cette allergie se traduit par l'apparition de multiples papules et de croûtes sur le dos et autour du cou. La peau prend un aspect sableux. L'animal se gratte et peut donc se blesser avec ses griffes. L'irritation peut induire un comportement excessif de toilettage et de léchage provoquant une perte de poils sur l'abdomen, les flancs ou la queue. Les puces peuvent transmettre le Dyslipidium Caninum (cf. ci-dessus chapitre vermifugation) et la bactérie responsable chez l'homme, de la maladie des griffes du chat.

La puce adulte, petit insecte de 3-4 mm, vit en permanence dans le pelage de nos animaux. Une fois tombée, elle ne résiste pas longtemps dans le milieu. Les puces adultes se reproduisent très rapidement et chaque femelle est capable de pondre jusqu'à 50 oeufs par jour pendant plusieurs semaines. Dans des conditions de température et d'humidité favorable, ils éclosent en quelques jours pour donner naissance à des larves, se nourrissant des débris organiques situés sur le sol. Elles recherchent l'humidité mais fuient la lumière...

- La teigne est très contagieuse. Le chat est fréquemment infecté par un champignon, les poils parasités sont rongés à leur base, ils deviennent très fragiles et cassent. Les lésions de dépilation (surtout sur la tête) sont généralement circulaires.Ce sont les fragments des poils parasités qui contaminent les animaux sains, le contact direct n'est pas obligatoire.

Les acariens:

- La Tique, chaque stade du parasite prend un repas sanguin d'une durée de 5 à 10 jours sur un mammifère. Elle se fixe préférentiellement sur certaines zones (cou, oreilles). Les tiques ne se transmettent pas mais peuvent inoculer une bactérie responsable de fièvre et d'anémie. Elles entrainent parfois l'apparition d'ulcères à l'endroit de la fixation.

- La Thrombiculose, s'agit de l'infestation par des larves d'aoûtats. Elles se nourrissent du tissu cutané (pendant une semaine) en se fixant sur les mammifères.Elles sont agglutinées et donnent un aspect de poudre orange visibles à l'oeil nu. Elles entrainentun prurit important là où elles se fixent.

- La Cheyletiellose, entraîne une irritation cutanée se traduisant par l'apparition d'un prurit  d'intensité variable et de nombreux squames (pellicules) dans le pelage. Elles peuvent également infester les humains et provoquer des démangeaisons ainsi que l'apparition de papules (boutons rouges) le plus souvent au thorax et sur les membres antérieurs.

- La Gale des Oreilles, dûe à la multiplication dans le conduit auditif externe d'un acarien. L'otite n'apparaît qu'après 2 ou 3 semaines. Elle se caractérise par un prurit intense, le chat pouvant se griffer violemment le dessus des oreilles. Le conduit auditif est rempli d'un abondant cérumen noirâtre assez sec.

- La Gale de la Tête, dûe à la présence et la prolifération d'un acarien dans la couche cornée de l'épiderme, entrainant une inflammation cutanée qui se traduit par un prurit très intense et une hyperkératose (peau épaissie, noirâtre, plisée, dépilée, croûteuse). Les lésions débutent sur la face puis s'étendent à l'encolure et aux flancs. L'animal peut en mourir.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site